Les Resolutions

Quelles résolutions prendre pour 2022 ? Et les tenir !

Qui dit nouvelle année, dit renouveau : se réinventer, se transformer, devenir meilleure….

Et si on changeait vraiment : enfin prendre le contre-pied de tout ce qu’on a fait jusqu’à présent. Car, on le sait bien, toujours plus de la même chose donne le même résultat.

Trop facile de se laisser aller à prendre de bonnes résolutions pour se dire, en fait, qu’on va les laisser tomber après quelques jours, quelques semaines, quelques mois…

Alors, pourquoi ne pas prendre de « mauvaises résolutions » et se résoudre à envisager l’opposé de toutes ces bonnes résolutions que nous n’avons jamais pu tenir ?

Car 46% des personnes sont persuadées avant même de commencer qu’elles ne tiendront pas leurs résolutions

Quelle est la définition du mot résolution ?

Acte par lequel, après réflexion, on décide volontairement d’accomplir quelque chose – Décision ferme, volonté, détermination – Décision volontaire arrêtée après délibération.

En voici cinq que vous pourriez essayer :

Première résolution: Et si je procrastinais ?

Mon cerveau se préoccupe en priorité de sa survie et de sa sécurité : il déteste dépenser trop d’énergie et faire trop d’efforts. Pour lui, le plus court chemin est celui qui est le plus efficace, sans trop de travail : aller droit au but sans se poser de questions.

Et pourquoi pas ne pas essayer de faire tout simplement comme lui : je n’ai pas envie de le faire, donc je ne le fais pas.

Et, alors, je procrastine, je laisse du temps au temps, le temps d’un instant

Mais si on n’y regarde de plus près, la procrastination c’est prendre le temps.

Le temps de réfléchir, le temps de laisser émerger les idées… et surtout ouvrir le canal pour ressentir les vraies envies. Au lieu de se faire du mal à contrecœur, de suivre des injonctions et des dictats extérieurs à soi, ne serait-il pas plus avisé de repousser le moment pour passer à l’action ?

Peut-être que la solution réside dans le fait d’attendre quelques jours, quelques secondes, quelques minutes, quelques heures… Alors il sera possible d’apprécier l’énergie positive déclenchée par une envie de passer à l’action.

Et enfin de mettre en mouvement avec un vrai désir de le faire.

Deuxième résolution: Et si je revendiquais mon imperfection ?

Parfois, nous réfléchissons trop :  nous envisageons toutes les possibilités de ce qui pourrait arriver si …. Et nous restons paralysés, comme statufiés. Cet impératif interne de se fixer des objectifs trop élevés, parfois à la limite de l’atteignable, nous empêche d’atteindre ce que nous voulons vraiment. Nous sommes trop exigeants vis à vis de nous-même.

Nous nous fabriquons alors une espèce de rêve inaccessible de perfection : être cette personne accomplie et irréprochable. A l’inverse, choisir de rester imparfait constitue un vrai pas vers l’acceptation de soi.

En effet, l’un des premiers thèmes des fameuses résolutions concerne évidemment l’apparence physique : maigrir, manger mieux, se nourrir sainement, prendre soin de ce corps …

Et si on y regarde de plus près, voilà bien des injonctions, si elles sont appliquées à l’extrême, qui présupposent que nous pouvons tout contrôler, y compris les maladies, le vieillissement…. Alors pourquoi ne pas relâcher un peu la pression ?

Ce qui pourrait être taxé de de négligence, de nonchalance ou de désinvolture reflète au contraire, une vraie volonté d’aimer notre beauté interne et aussi celle de l’environnement qui nous entoure.

Plutôt que de penser à être parfait, mieux vaut choisir de vivre des expériences quelles qu’elles soient.  Et ne plus perdre son temps à penser à ce qu’on pourrait peut-être devenir un jour hypothétiquement…

Troisième résolution: Et si je me laissais aller à crier, pleurer, chanter…

Quelques fois, nous nous contraignons alors que nous éprouvons des émotions intenses qui nous submergent.

Et nous nous empêchons d’exprimer ce que nous ressentons plutôt que de nous laisser aller, même si, parfois, cela pourrait s’apparenter à un comportement socialement inacceptable.

Pourquoi risquer de somatiser et se rendre malade plutôt qu’hurler sa peine ? Pourquoi se bloquer le dos plutôt qu’exprimer son empêchement ? Pour quel bénéfice ?

Alors, certains pourraient dire que c’est de la faiblesse alors que, c’est, en fait, de la reconnexion avec celle ou celui  que nous sommes vraiment.

Et si on essayait d’entendre enfin ce que nous refusons d’écouter avec notre mental, cette partie raisonnable de nous. Comment comprendre le message que m’envoient ces émotions ?

Pourquoi ne pas chanter et danser sous la pluie (ou sous la douche), hurler en mettant la musique très forte ? Se laisser aller à pleurer tout son saoul avant de s’endormir plus apaisée ? Quelle meilleure résolution que de prendre soin de soi en acceptant de s’émouvoir.

Quatrième résolution: Je fais ce que je veux et je dis ce que je pense, j’arrête d’être trop poli et policé.

Souvent, nous faisons des efforts pour être socialement acceptés et nous avons l’illusion d’être mieux compris quand nous sommes intégrés dans un groupe, une communauté.

Pourtant, nous percevons que nous jouons un rôle et nous désirons nous exprimer avec plus de sincérité.

Nul besoin d’être blessant, impoli, confrontant : nous aspirons juste à demeurer en accord avec nous-même. Alors, autant éviter de s’imposer des injonctions extérieures à nous, tout en veillant à ne pas humilier autrui en nous affirmant sans agressivité, ni passivité. 

Sans avoir peur, sans être trop diplomate non plus, nous pouvons dire « non » et exprimer notre désaccord.

Sans faire d’effort particulier, nous nous ajustons afin d’être juste et adéquate avec ce que l’on perçoit à l’intérieur de soi.

Cinquième résolution: Je pense à moi d’abord.

Et si s’en était fini de penser à ce que les autres diront à propos de ce que nous faisons ou de ce que nous sommes ?

Et si nous arrêtions de nous demander si nous demeurons légitimes ou non pour postuler à un emploi, si c’est raisonnable ou non de partir en voyage, si c’est sain ou non de se délecter d’un bon repas ….

Finalement, qu’est-ce que, nous, nous croyons ? qu’est-ce que nous ressentons ? et comment voulons nous réagir ?

Les autres, autour de moi, trouveront leurs plaisirs, ou pas. Ils en tireront un bénéfice, ou non, et, finalement, peut-être qu’eux aussi, ils se poseront les mêmes questions.

Des résolutions faciles à tenir?

Est-ce vraiment être subversif que de prendre ces mauvaises résolutions ? Sont-elles si faciles que cela à tenir ?

Tenir ses mauvaises résolutions, finalement , c’est plus aisé que de se tenir aux bonnes résolutions :

De ne plus fumer, de maigrir, d’arrêter de boire, de travailler trop, de faire mieux, de faire du sport, de ranger les placards, de ne plus se ronger les ongles, de se calmer, d’arrêter de râler… Pas facile de s’obliger à s’engager et tenir dans un tel système de privation.

Car tenir les mauvaises résolutions revient à s’embarquer dans un voyage différent pour engranger plus de satisfactions.

Accepter de se laisser porter par la vie et avancer au gré de ses envies et de ses ressentis, ne pas se laisser restreindre par des injonctions internes qui n’ont aucun sens si on les interroge vraiment.

Parce que pour qu’une résolution tienne, il est essentiel de se faire plaisir.
La décision est aisée si elle provoque des répercussions positives pour soi-même. La motivation est enclenchée dès lors que le système de récompense est activé.

S’engager dans des petites résolutions en fonction du désir et en accord avec ses propres capacités et possibilités.

une femme découvre le monde avac une longue vue
©MahieuEllen
de posts it avec des bonnes résolutions écrites
une femme fais le signe de la victoire
une femme se cache sous les draps
une super woman
une femme sort d'un trou
un homme escalade une paroi devant un coucher de soleil

Contactez-moi

Réponse sous 24 heures. 

Mon code d’Éthique et Déontologie est celui de la SF coach et de l’IFH. Ma pratique de professionnelle des thérapies brèves est suivi en supervision .

AgiretDevenir © 2019 Tous droits réservés