La colère

comment gérer ses émotions : la colère

Vous avez sans aucun doute déjà ressenti de la colère au cours de votre vie. Bien qu’elle puisse être impressionnante à certains moments, la colère est tout à fait utile et bien normale.

Elle intervient comme une sorte d’indicateur corporel venant vous signifier qu’un événement extérieur vient vous heurter. La colère se distingue du mécontentement ou du sentiment d’irritation par son intensité (crises, hurlements, violence physique et/ou verbale…) et sa fréquence. 

Si la colère est, à première vue, une émotion utile, elle peut devenir un vrai handicap au quotidien si vous ne parvenez pas à écouter ce qu’elle vient vous signifier.  Les états colériques récurrents et/ou de forte intensité peuvent à terme influencer vos relations sociales, votre santé et votre estime de vous-même.

Le point positif c’est qu’il est possible de l’appréhender différemment afin de limiter son impact dans votre vie. 
 

Dans ce premier article de la série “La gestion des émotions” vous trouverez des clés qui vous permettront de mieux comprendre et anticiper vos états colériques. Petit à petit, en opérant des changements dans votre quotidien vous réussirez à devenir une personne moins colérique et plus sereine. 

Qu'est ce qui se cache derrière votre colère ?

Votre colère est liée à ce que vous avez vécu par le passé. Cette émotion se déclenche lorsque vous revivez des situations difficiles qui font écho à votre histoire. 

La manière dont vous exprimez la colère est une reproduction du modèle familial, environnemental dans lequel vous avez grandi. Si vous avez été élevé dans une famille où l’on se mettait facilement en colère, il n’est pas étonnant que vous ayez intériorisé ce mode de fonctionnement et que vous le reproduisiez par la suite.

Lorsque vous vous sentez en colère, c’est parce que vous vivez une situation que vous jugez comme dévalorisante, menaçante pour vous ou vos proches. Elle intervient à la suite d’événements indésirables et bien souvent après un sentiment d’injustice. Vous réagissez de cette manière, car cet événement vient bousculer vos valeurs et vos croyances, vous vous sentez donc menacé.

La colère qui monte en vous indique que votre corps est en train de se préparer à se défendre ou à intimider votre interlocuteur. 

Par exemple :

Vous vous mettez en colère après votre fils qui ne participe jamais aux tâches ménagères.  Cela vous met en colère, car vous avez le sentiment de ne pas être écouté(e), de ne pas être respecté(e) dans les demandes que vous aviez pourtant formulées. Vous pouvez vivre cette attitude comme une sorte d’irrespect, de dévalorisation de votre personne et de vos valeurs.  

L’expression de la colère, repérer les différents signaux du corps.

  • Le langage verbal : Vous exprimez votre colère par des mots, des phrases.
  • Le langage paraverbal : Vous accentuez certains mots. Le ton de votre voix et son rythme changent. Vous criez, vous hurlez, vous bégayez…
  • Le langage non verbal : Ce sont vos gestes, votre posture, les zones de crispation de votre corps qui traduisent votre colère. Votre corps se met à trembler, vos muscles se tendent, votre mâchoire se crispe…

Ces trois types de langage sont des signaux que vous envoyez à votre interlocuteur afin de lui faire comprendre que vous n’êtes pas d’accord avec ce qu’il dit ou avec la situation. Vous lui indiquez que vous êtes prêt à vous défendre. 

 Quand la colère monte en vous, cela se traduit par différentes sensations corporelles : 

  • Nœuds, crispation dans l’estomac
  • Zones de tension (poings et mâchoires serrés)
  • Sensation de chaleur
  • Tremblements
  • Respiration qui s’accélère
  • Mal à la tête
  • Rythme cardiaque plus élevé
  • Tension dans les épaules, le cou…

Ces ressentis sont plus ou moins présents et plus ou moins forts suivant l’intensité de l’émotion.

Leurs rôles sont de préparer votre corps à se défendre et de lui permettre d’évacuer une partie de la tension afin de diminuer la puissance de l’émotion

Quelques points importants à connaître afin de diminuer l’impact de la colère dans votre vie :

  • Si vous manquez d’estime et de confiance en vous, vous serez plus susceptible de traverser des crises de colère. Pour cela, il est donc intéressant de travailler votre confiance en vous afin de vous sentir moins blessé par des paroles ou des actes.
  • Faites un pas de côté.  Vous devez comprendre que l’expression de votre colère ne fera pas diminuer votre sentiment, au contraire celle-ci peut l’intensifier. Plutôt que de répondre directement à ce que vous vivez comme une agression. Comptez jusqu’à 10 pour diminuer votre taux d’activation psychologique et ainsi éviter d’agir sous l’impulsion. Prendre un peu de distance vous permet de revenir avec un discours plus cohérent et nuancé afin de passer plus facilement votre message.
  • Réévaluez l’importance que vous accordez à la situation. Essayez de faire preuve d’empathie envers la personne qui vous offense et essayez de ne pas prendre son action ou ses paroles comme une insulte personnelle. Prendre la situation sous un autre angle vous permettra de relativiser ce que vous vivez.
  • L’hypnose est un outil incroyable qui vous aidera à atténuer les épisodes colériques. Après quelques séances d’hypnose vous réussirez à limiter l’impact de cette émotion au quotidien. Cette pratique utilise la métaphore et la visualisation afin d’atteindre votre inconscient et ainsi avoir accès à toutes vos ressources. Au fil des séances vous parviendrez, avec l’aide du thérapeute, à instaurer de nouveaux ancrages positifs dans votre vie. L’incidence et l’intensité de ces instants colériques diminueront avec le temps ce qui vous permettra d’avoir une vie plus sereine.  
  • Apprenez à vous détendre et à relâcher la pression. Prenez du temps pour vous afin de faire de la méditation, de la relaxation, de la lecture. Pratiquez une activité sportive. Consacrez un moment dans votre journée pour vous détendre de quelque manière que ce soit.
  • Accueillez et verbalisez votre colère. La contenir ou lui tourner le dos ne vous aidera pas dans la résolution du conflit. Ne mettez pas sous le tapis ce que vous ressentez car vous prenez le risque de somatiser jusqu’au « Burnout » éventuel. Prenez le temps de ressentir ce qu’il se passe en vous à cet instant précis.  Quelles sont vos pensées ?  Comment ressentez-vous la colère qui monte ? Quels besoins se cachent derrière cette colère ? N’hésitez pas à écrire, mettre sur papier vos émotions et vos ressentis est un bon moyen d’évacuation.

Réduire l'impact de la colère

En prêtant attention aux différents points évoqués, vous parviendrez à réduire l’impact de la colère dans votre vie et cela vous apportera un énorme soulagement, pour vous et vos proches. Apprendre à écouter cette émotion jouera un rôle significatif quant à la qualité de vos relations interpersonnelles, celles-ci deviendront plus stables et plus apaisées.

Aller au-delà de la colère...

Pour aller plus loin sur le sujet de la gestion des émotions, n’hésitez pas à consulter notre prochain article qui traitera cette fois ci de l’émotion de tristesse.

une femme eructe sa colère en symboles de bd
@shutterstock
un poing s'abat sur une table en faisant boom
©Freepik
une femme fulmine pendant que d'autres se réjouissent
©freepik
une femme en colère a des nuages qui sortent de ses oreilles
©Edson Aran
une femme en colère pointe du doigt pour axentuer son propos
3 femmes en colère
une femme crie
une femme brule de colère
©EmilianoPonzi

Contactez-moi

Réponse sous 24 heures. 

Mon code d’Éthique et Déontologie est celui de la SF coach et de l’IFH. Ma pratique de professionnelle des thérapies brèves est suivi en supervision .

AgiretDevenir © 2019 Tous droits réservés